Comment refuser le masque pour nos enfants ?

2nov
2020Société

Un directeur d'école n'a pas le droit de refuser l'accès à son établissement à un enfant entre 6 et 11 ans.

Comment refuser le masque pour nos enfants ?

9 minutes

    Nous sommes tous concernés par cette mesure abominable. Partagez à tous les parents.

    Il existe plusieurs textes de lois qui entrent en contradiction et aujourd'hui, le 2 novembre 2020 vous pouvez refuser de mettre le masque à vos enfants. Il n'existe ni sanction, ni exclusion !

    Vous n'avez aucun risque juridique en mettant vos enfants à l'école sans masque.

    Partagez l'article

    Merci à Maître Carlo Brusa de l'association Réaction 19 qui nous a aidé à préparer cet article.

     

    Dans le décret du 29 octobre 2020, il est inscrit à l'article 36 dans la deuxième partie :

    3e point : les élèves des écoles élémentaires.

    5e point : les enfants de six ans ou plus accueillis en application de l'article 32-II

     

    C'est très important à ce niveau : ce décret du 29 octobre 2020 entre en opposition morale avec « le règlement type départemental des écoles maternelles et élémentaires publiques. »

    Dans la circulaire numéro 2014-088 du 9 juillet 2014.

     

    Dans la partie 2.1 : les élèves.

    Il est question ici de mauvais traitements et d'humiliations. Le masque pour les enfants est un mauvais traitement aussi bien physique que psychologique.

    De plus il est humiliant car il va directement contre notre nature humaine.

     

    Votre devoir et pouvoir de parents aujourd'hui, si vous aimez vos enfants, est de faire obstacle à cette mesure destructrice du décret.

    Il ne peut pas y avoir d'attaque juridique des avocats s'il n'y a pas de réaction publique massive.

    La réaction doit partir de vous. Sachez que ceux qui nous gouvernent continueront toujours d'imposer des mesures liberticides. Il suffit de regarder dans le passé, depuis le début de l'année tout ce qui était imposé. À chaque fois que rien n'est dit, ils poussent le bouchon encore plus loin. Voulez-vous que les enfants de deux ans mettent un masque demain ? C'est ce qui est en train de se passer aux Etats-Unis.

     

    Pour rappel jusqu'au 28 octobre les enfants de moins de 11 ans n'avaient pas besoin de porter le masque. Aucun foyer de contamination n'a été identifié où il y avait des enfants.

    Tous les scientifiques honnêtes s'accordent à dire que les enfants ne sont pas en situation de risque par rapport au virus. Je vous rappelle que la moyenne d'âge des décès liés à la COVID est de plus de 80 ans.

     

    Aujourd'hui mettre un masque à un enfant l'empêche de respirer correctement, alors qu'il est en train de construire son système immunitaire. C'est le confronter à des risques de santé importants.

    De plus, il est en pleine phase d'apprentissage du monde, quelle image voulez-vous lui donner ?

     

    L'école n'est pas un lieu de drame sanitaire.

    Pour revenir sur le décret à l'article 36, les dispositions ne parlent pas d'amende, ni de sanction.

    Vous n'avez aucun risque juridique en mettant vos enfants à l'école sans masque.

     

    De plus le protocole sanitaire associé ne parle pas non plus de sanction. Dans tous les cas un protocole n'a aucune valeur dans le droit.

    Un protocole n'est pas un texte de loi.

     

    Avant ce décret du 29 octobre 2020, le port du masque pour les élèves en école maternelle était à proscrire. C'est-à-dire qu'il était absolument interdit.

    Pour les élèves des écoles élémentaires, de six à onze ans en moyenne, le port du masque était juste recommandé.

     

    D'un point de vue juridique, les sanctions imposées pour les enfants de moins de onze ans sont totalement différentes que celles pour les collégiens et lycéens.

     

     

    Vous pouvez montrer aux chefs d'établissement la circulaire n° 2014-088 du 9 juillet 2014 où il est clairement indiqué :

    2.1. Les élèves

    Droits : en application des conventions internationales auxquelles la France a adhéré, les élèves ont droit à un accueil bienveillant et non discriminant. Ainsi, conformément à l'article 28 de la Convention relative aux droits de l'enfant du 20 novembre 1989 ratifiée par la France le 7 août 1990, « Les États parties prennent toutes les mesures appropriées pour veiller à ce que la discipline scolaire soit appliquée d'une manière compatible avec la dignité de l'enfant en tant qu'être humain et conformément à la présente Convention ». En conséquence, le règlement intérieur de l'école doit préciser que « tout châtiment corporel ou traitement humiliant est strictement interdit ».

    Les élèves doivent être préservés de tout propos ou comportement humiliant et respectés dans leur singularité. En outre, ils doivent bénéficier de garanties de protection contre toute violence physique ou morale, ces garanties s'appliquant non seulement aux relations à l'intérieur de l'école, mais aussi à l'usage d'Internet dans le cadre scolaire.

     

    Je vous rappelle que c'est aussi le rôle des parents de protéger leurs enfants. Il arrive un moment où il faut agir pour ce qui vous paraît juste pour votre cœur.

    Aujourd'hui la décision prise peut être apparentée à de l'humiliation ou à un châtiment corporel.

     

    Prenez soin dans votre communication d'être toujours bienveillant et de parler avec votre cœur pour atteindre le cœur de votre interlocuteur. Si vous avez un humain en face de vous, il a un cœur qui bat comme vous et moi.

     

    Il est stipulé dans l'article 2.1 que je viens de citer, la « Convention relative aux droits de l'enfant du 20 novembre 1989 ». Le 7 août 1990 la France a ratifié cette convention. Elle l'a accepté.

    Donc, si nous nous référons à l'article 28 alinéa deux de cette convention :

    « 2. Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour veiller à ce que la discipline scolaire soit appliquée d'une manière compatible avec la dignité de l'enfant en tant qu'être humain et conformément à la présente Convention. »

     

    Regardez maintenant que cette phrase (de la circulaire du 9 juillet 2014) prend toute son importance :

    En conséquence, le règlement intérieur de l'école doit préciser que « tout châtiment corporel ou traitement humiliant est strictement interdit ».

    Les élèves doivent être préservés de tout propos ou comportement humiliant et respectés dans leur singularité.

     

    Si votre enfant sans masque est menacé d'expulsion, cela se rapporte à un acte indigne et d'humiliation par rapport aux autres enfants.

    Vous pouvez vous présenter à l'école avec votre enfant sans masque, les textes disent bien que vous avez le droit de protéger votre enfant contre une atteinte corporelle car les masques ne sont pas un moyen de protection contre le virus. C'est d'ailleurs écrit sur les paquets des masques.

     

    Si nous partons du principe que l'OMS inspire nos gouvernements pour établir les protocoles et les lois, écoutez bien ce qui suit.

     

    L'OMS et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) recommandent que la décision d'utiliser un masque pour les enfants âgés de 6 à 11 ans soit fondée sur des facteurs, comme « une transmission intense dans la zone où réside l'enfant »

    Les écoles ne sont pas des foyers de contamination. Certaines villes sont très peu touchées par les cas positifs.

    ou « sa capacité à utiliser un masque correctement et en toute sécurité ».

    Par conséquent vous pouvez demander à l'établissement s'il organise des stages pour apprendre aux enfants à utiliser correctement leur masque et en toute sécurité. Stage animé avec des professionnels de santé bien entendu.

    Vous remarquerez que ni le protocole sanitaire, ni le décret, ni les établissements ne portent d'intérêt à ce fait important.

    Autre facteur à tenir en compte : la possibilité de laver les masques ou de les remplacer dans les écoles et les services de garde d'enfants.

     Cela veut bien dire que le masque n'a pas à être fourni par les parents. Le masque doit être fourni par l'établissement ou le service de garde d'enfants. Il doit aussi avoir un système de traitement des déchets toxiques. Vous pouvez demander cela à votre établissement et exiger que ce soit mis en application avant d'imposer le port du masque.

    Combien faut-il de masque par jour ? À quel moment changer le masque ? Qui accompagnent les enfants pour le changement du masque ? Comment sont gérés les déchets toxiques des masques usagés ? Est-ce que toutes ces informations sont inscrites dans le règlement intérieur de l'établissement ?

     

    La règle générale du port du masque est tellement abstraite qu'elle en devient inapplicable !

     

    Si l'OMS a été définie comme source d'inspiration, c'est à vous de montrer le non-sens de l'application du port du masque pour les enfants que nous impose le gouvernement.

    Pour aller plus loin voici ce que l'OMS préconise également :

    D'une manière générale, les avantages du port de masques chez les enfants pour le contrôle de la Covid-19 doivent être mis en balance avec les dommages potentiels associés au port de masques. Il faut ainsi tenir compte de la faisabilité et de l'inconfort, ainsi que des préoccupations sociales et de communication. Les facteurs à prendre en compte comprennent également les groupes d'âge, les considérations socioculturelles et contextuelles et la disponibilité de la supervision d'un adulte et d'autres ressources pour prévenir la transmission.

     

    Parents, posez des questions !

    Est-ce que le personnel de l'établissement est habilité et formé pour aider les enfants à mettre et enlever leur masque dans des bonnes conditions d'hygiène et de sécurité ?

    Demande des preuves avec des attestations professionnelles que ce personnel a bien été formé et est compétent pour mener à bien cette tâche de santé publique.

     

    Ensuite dans le document « Conseils sur le port du masque par les enfants dans la communauté dans le cadre de la pandémie de COVID-19 » à la page trois on trouve l'annexe. Dans la 2e rubrique :

    « Les incidences potentielles du port du masque sur l'apprentissage et le développement psychosocial. »

    En quoi un masque aide à l'apprentissage, lorsqu'il faut pouvoir bien s'exprimer et reconnaître les informations du visage, aussi bien de ses camarades que de ses professeurs. Il suffit de regarder un peu les enfants pour se rendre compte que ce masque est un vrai traumatisme.

     

    À la page quatre du même document vous pouvez lire :

    « En jouant un rôle de modèles, les parents/tuteurs, les éducateurs et les membres de confiance de la communauté doivent fournir une communication adaptée à l'âge afin de mieux faire comprendre l'importance du port du masque, d'une utilisation, d'un entretien sûr et approprié. »

    Est-ce que ces démarches ont bien lieu ? Vous pouvez chercher partout, cela n'apparaît ni dans le décret, ni dans les protocoles. Nous sommes gouvernés par des amateurs.

    Un texte de loi bâclé ne s'applique pas, si vous aimez vos enfants vous les emmenez à l'école sans le masque un point c'est tout.

     

    Vous pouvez aussi rappeler comme il est écrit dans le texte à propos des violences sur les personnes de moins de 15 ans :

    « Les violences sur les mineurs de moins de 15 ans commises par son père et sa mère, ou des personnes ayant l'autorité sur lui, sont punis de 10 à 30 ans de prison. »

    Ainsi toute action physique sur votre enfant peut être considérée comme de la violence ou de la maltraitance au sens général.

     

    En résumé :

    Vous venez à l'école avec votre enfant sans masque et vous pourrez dire que le décret et le protocole sanitaire violent les recommandations de l'OMS. Les règles de santé n'étant pas respectées vous ne participez pas aux risques de santé publique. Retirez le masque aux enfants : c'est protéger directement leur santé physique et mentale.

     

    La clé de voûte de votre démarche et dans la circulaire du 9 juillet 2014 comme je vous l'ai expliqué précédemment. Le lien du texte officiel est en description.

     

    Si un directeur d'école vous interdit l'accès sans masque vous est en droit d'appeler la police.

    Un directeur d'école n'a pas le droit de refuser l'accès d'un enfant entre 6 et 11 ans.

     

    Dites-vous bien que ce scandale pour les masques est un stratagème pour cacher des choses encore plus grosses, pour nous diviser et nous fatiguer.

    Restez centrés, agissez avec votre cœur et remplissez-vous d'amour car je vous assure que tout va bien se passer.

    Décret du 29 octobre 2020 :

    https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042475143

     

    Règlement type départemental des écoles maternelles et élémentaires publiques : (Circulaire n° 2014-088 du 9-7-2014)

    https://www.education.gouv.fr/bo/14/Hebdo28/MENE1416234C.htm

     

    Convention relative aux droits de l'enfant du 20 novembre 1989

    https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/Conv_Droit_Enfant.pdf

     

    OMS et masque pour les enfants :

    https://news.un.org/fr/story/2020/08/1075582


    Comment refuser le masque pour nos enfants ?